VOLUME 11 : 12 titres





2017

Commander

ACCUEIL JACQUES
GOUDEAUX

info


Album de l'enregistrement

© Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
TEXTES ET MUSIQUES DÉPOSÉS À LA SACEM®

PRÉSENTATION



TABLE

Présentation






...

VOLUME F ( 11 ) : paru en 2017
1 - Musiciens et poètes
2 - De Charybde en Scylla
3 - Les anonymes
4 - La grande Lulu
5 - Fuite
6 - Le monde des chimères
7 - Odelette
8 - Ô vous les besogneux…
9 - Mourir au printemps
10 - Le principe de précaution
11 - La poupée
12 - Mon enfance
retour








Présentation

Jacques Goudeaux, auteur-compositeur-interprète…

Que ne vous en déplaise,
Je sois né quelque part,
Que m’y trouve à l’aise
En restant à l’écart…
À l’écart des grand’routes
De la banalité :
Plus que tout, je redoute
Vos affabilités…

 
Extrait de la chanson : L'imbécile heureux © Jacques Goudeaux 2016


Qu'importe les saisons, les fêtes, les anniversaires, l'occasion d'offrir — de s'offrir — un « Goudeaux » de dernière cuvée est là !

En tournant les plages de cet album, nous découvrons une galerie de portraits où les artistes côtoient les petites gens et les turlupins, où un garçonnet rencontre la mort en bleus atours, et où celle que l'on a tous connue fricote avec Henri de Régnier dont le nom résonne encore à nos oreilles, si ce n'est pour ses romans, tout au moins pour ses poèmes ; l'un d'eux, emprunté aux «  Jeux rustiques et divins » publiés en 1897, figure au menu de ce disque.

Tour à tour égrillard ou sociologue, voire moraliste, mais surtout l’un des derniers romantiques, Jacques Goudeaux construit avec méticulosité son œuvre avec Nicolas de Angelis, un allié de poids et de virtuosité dans le dépouillement et le glacis de leurs guitares, sans que la monotonie ne s'installe, grâce à des changements de rythme inattendus au cœur même de la chanson, grâce aussi à la richesse de la langue et de la mélodie et à la diversité des thèmes abordés.
Et si, par le plus méchant des hasards, l'on me sommait de ne garder que trois ou quatre de ces vivants tableaux, je tendrais volontiers la main à «  La Grande Lulu », la tremperais dans la source claire de la guitare d' « Odelette » ; je toucherais «  Mon enfance » au front, avant de « Mourir au printemps », heureux.

Gérard Frugier 

Renseignements et contact : www.goudeaux.com


RETOUR Présentation