Ô vous les besogneux…

Commandes




Ô vous les besogneux, les obscurs, les sans-grade,
Dévoués serviteurs, scrupuleux et honnêtes
Qui, l’arme au pied, sans hargne, abaissez votre garde,
Modestes, je vous aime. De par ce que vous êtes,

Et pour ce que vous êtes. Quoi qu’on en dise ou fasse…
Intègres, vertueux, loyaux et sans défiance,
Peut-être sans éclat, mais sobres, efficaces :
Et vous seuls le savez, en votre âme et conscience.

 
Que vogue la galère au gré des malencontres !
Laissez vos illusions mollement se bercer,
Contre vents et marées, laissez-les se morfondre
En dépit des espoirs que vous aviez versés.

À l’abri des reproches, à l’écart des louanges,
Vous avez dû trouver un subtil équilibre
Et baisser pavillon. Combien ça vous dérange !
Quel autre choix, sinon ? Fatalistes, mais libres…

 
Quitte à serrer les dents, quitte à courber le dos,
Souvent exaspérés des excès, des largesses
Octroyées à certains comme autant de cadeaux,
Vous en avez conçu une sombre sagesse.

Laissez aux jeunes paons dévorés d’ambition
Le soin d’y croire encore, ou mieux de faire semblant :
Zélés, impénitents, bavant d’abnégation,
Trop beaux pour être au net, en leurs propos ronflants !

 
Allons, mes braves, allons ! Que ces rois de l’esbroufe,
Aillent se faire voir… Ne désespérez pas :
Le monde en est peuplé. Oubliez ces pignoufs
Et demeurez vous-mêmes : on ne se refait pas !





Copyright © Jacques Goudeaux - janvier 2009 / Dépôt légal SACEM : 2016



RETOUR CHANSONS

RETOUR PRESENTATION VOL. 11

vers 07
vers 09