Les faux-semblants.

Commandes




Je ne suis pas artiste :
Je ne suis qu’artisan…
Croyez-moi, ça m’attriste,
C’est démoralisant ;
J’ai pas grand-chose à dire
— De plus rien d’important —
Si j’accorde ma lyre,
J’en joue à contretemps !



Forcené de la rime,
Tâcheron sans allant,
Je traite ma déprime
A grands coups d’expédients.
Sur Untel de médire,
Je ne suis pas exempt,
Preuve que mon délire
Quand même est consternant !



Il n’a point de génie
Encor moins de talent ;
Je voue aux gémonies
Quiconque le défend ;
Las ! il faut reconnaître
Grâce à ses faux-semblants
Qu’il sait fort se repaître
De l’ineptie des gens.



Cependant que j’admire
Sa fatuité de paon,
Quand il se fait reluire
Jusqu’au ton vif argent !
Car c’est bien son domaine,
Son fief, son élément :
Tous ses chemins le mènent
Aux credo du présent.



Rien jamais ne l’arrête :
S’il se pose un moment…
Se pavane et s’apprête
En cuistre impénitent.
Ce monde d’opérette,
De lustre et de clinquant,
De strass et de paillettes
Est bien trop affligeant…

mais…


Je ne suis pas artiste :
Je ne suis qu’artisan…
Croyez-moi, ça m’attriste,
C’est démoralisant ;
J’ai pas grand-chose à dire
— De plus rien d’important —
Si j’accorde ma lyre,
J’en joue à contretemps !




Copyright © Jacques Goudeaux - mars 2002 / Dépôt légal SACEM 2004




RETOUR CHANSONS
RETOUR PRESENTATION VOL. 07