Terre de silence.



Extrait 2

[…] Le sentier se poursuit maintenant sous une ramure continue de charmes, de chênes et parfois de châtaigniers qui peu à peu apparaissent avec l’altitude. Sur la carte est répertoriée une grotte, apparemment à proximité de l’endroit où nous nous trouvons. Considérant que cette curiosité naturelle vaut bien le détour, nous partons à travers un taillis à sa recherche, suivant avec peine quelque vague tracé susceptible de nous y mener. Si les passages sont nombreux, il semble délicat de trouver le bon. Ayant pris les devants, j’entends derrière une voix me crier : « Hé ! plus à gauche, encore plus à gauche ! » En désespoir de cause, je laisse passer l’ancien mais ce n’est pas, en mon for intérieur, sans une certaine satisfaction que je le vois hésiter: « Coquin de diou, où c’est qu’elle a bien pu passer ? » J’ai beau compatir, lui suggérer que la saison étant à peine commencée, il est fort possible que la grotte n’ait pas encore été remise en place pour les touristes, rien n’y fait !
Cependant, c’eût été sans compter sur le flair du vieux briscard. On cherche souvent bien loin ce qui est à notre portée : effectivement, à une vingtaine de mètres à peine à notre gauche nous en découvrons enfin la modeste entrée, en partie dissimulée par le feuillage. Une bêche hors d’usage, quelques morceaux d’ossements, de mâchoires ou de dents attestent du passage de fouineurs plus ou moins autorisés ; comme quoi il doit bien y avoir là quelque intérêt pour des géologues ou des archéologues en herbe. Ayant posé nos sacs, nous pénétrons par la brèche : près de l’ouverture, des traces d’anciens feux sur les parois. Le sol argileux devient glissant comme une savonnette et le rayon de ma torche parcourt un plafond inégal et curieusement constitué d’un agrégat de cailloux de forme arrondie soudés les uns aux autres ; sinon sous les pieds, je suis surpris du peu d’humidité qui règne en cet endroit. La cavité, irrégulière, s’élargit par places puis, après un coude, le passage a l’air de se refermer. Non, ce n’est qu’une illusion ; mais comme je n’ai toutefois aucune envie de ramper dans la boue, à demi-courbé, je reviens sur mes pas, évitant soigneusement les amas de glaise, probable résultat de fouilles hasardeuses. Curieuse grotte, sans stalactites, qu’on dirait creusée de la main de l’homme… A-t-elle fréquemment servi d’abri depuis les temps préhistoriques à des générations de bergers ou de chevriers ? Combien se sont enfuis, cachés ou simplement mis à couvert dans cet antre ? Aujourd’hui, et bien qu’elle soit officiellement répertoriée sous le nom de « Grotte des Maquisards », il apparaît que son intérêt stratégique ainsi que son rôle dans la contrée restèrent limités…
Singulier contraste, une bouffée de chaleur nous envahit dès la sortie : les roches claires, sur lesquelles le soleil, maintenant au zénith, a largement dispensé ses rayons, nous irradient d’une lourdeur sournoise nous incitant plus au farniente qu’à l’ascension. […]

RETOUR