S'appartenir.


© Textes de chansons déposés à la SACEM

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.





S’appartenir enfin
De raisonnable déraison
Et de raison déraisonnable
S’appartenir enfin


Comme un fardeau l’absence entre au creux du mystère
Par de doux élixirs de morne désuétude
D’informes nuits de soif où sombre l’hébétude
De se savoir complice en restant solitaire


Il est de ces nuages où la tendresse pleut
Dans l’éclat singulier des orages lointains
Dans un regard voilé comme un miroir sans tain
Il est de ces visages où la tendresse pleut


Il est de ces nuages accablés de promesses
Puis l’embellie soudaine et soudaine espérance
La subtile équivoque un rayon de présence
Et la soudaine étreinte et la soudaine ivresse


En cette rive obscure aux portes de tes reins
Où le pur et l’impur s’estompent doucement
J’attends je sais je veux et sans atermoiement
Je puis être et je suis ténébreux malandrin


S’appartenir enfin
De raisonnable déraison
Et de raison déraisonnable
S’appartenir enfin



RETOUR
Commandes