Les ombres mortes.


© Textes de chansons déposés à la SACEM

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.





Passants. Passants d’un jour,
        D’un mois, d’un an, passant…
        Passants, vite passant,
        Passés et dépassés,
        Passés et trop passés
        Passés et trépassés…

Mes pas me guideront vers les grèves d’aval,
Où je piétinerai d’un rire triomphal
Tous les lambeaux épars des naufrages d’antan,
Épaves échouées aux quatre coins du temps…

Et je suivrai le fleuve, et le flot portera
Les promesses bâclées et les serments ingrats
Que je regarderai se perdre au fil de l’eau,
Par les méandres flous des tourbillons falots.

Combien s’en sont allés que je ne saurai plus,
Poussés dans le courant ? L’inexorable flux
Roulant ses vagues ombres en de vagues remous :
Ombres mortes qu’il porte et que le temps dissout…

Sans rides, calme et plat, il descend souverain
Aux rives découplées d’un estuaire lointain
Et là, serein, j’irai, de mon orgueil empreint
Éclore en mes désirs, passementés d’embruns…



Copyright © Jacques Goudeaux - octobre 1999 /

RETOUR