Les mines de crayon.

Commandes



Il est des joies que l'on occulte
Sous des prétextes fallacieux,
De ces joies qui vous catapultent
Au Nirvanâ des audacieux.
En vérité, quand je l'évoque,
Sans faux-semblant ni contredit,
Au fond de moi, cela provoque
Comme une fièvre, un incendie !


En dépit de ce qu'on raconte,
Et faisant fi des quolibets,
Pourtant, sans vergogne et sans honte,
Eh bien, oui ! J'ose l'affirmer :
Rien ne saurait en ce bas monde
Ne saurait plus me faire plaisir
Que de m'offrir… ô joie féconde,
Écoutez bien que de m'offrir…

Que de m'offrir, je vous le donne
En mille si vous le trouvez
( Car entre nous, peu de personnes
D'ordinaire osent l'avouer )
Par un présent des plus minimes,
Récupérées à l'occasion,
Par un présent pour moi sublime :
Juste des mines de crayon !

C'est mon dada, c'est ma marotte,
Mon enthousiasme et ma passion ;
C'est un besoin qui m'asticote,
Un genre de démangeaison :
J'en ai des grasses et des dures
J'en ai des rondes et bien taillées,
Des bleues, des vertes et des pas mûres,
En variétés, en dégradés.

Mon seul désir, à l'heure ultime,
Mon désir face au créateur,
Soit qu'il m'accorde et enlumine
Mon paradis à ces couleurs
Et que sur ma tombe l'on grave :
« Il a vécu sans grand besoin,
Mais librement et sans entrave.
Il a vécu mine de rien ! »




© Jacques Goudeaux - septembre 2005 / dépôt SACEM : 2012




RETOUR CHANSONS

RETOUR PRESENTATION VOL. 09