Sœur de rien.


 
Commandes


Poème de Gérard Frugier






Tristesse, je t’invite à notre dernier bal ;
J’enverrai un cocher aux portes de ton âme,
Les chevaux piafferont sur le pavé infâme
Et tu ceindras ton col des pierreries du mal.


Lorsque tu entreras dans le salon glacial
Où les chandelles même ont pétrifié la flamme,
Suspendues dans leur geste au bruit de l’huis, les femmes
Détourneront vers Toi leur regard minéral.


Sur l’or de mon pourpoint tu viendras te blottir,
J’imprimerai ton corps de fleurs et de désirs
Au milieu des danseurs qui dessinent les vagues,

mais,

Quand la valse mourra aux doigts des musiciens,
Que les ombres vaincront les plafonds vénitiens,
Dans ton cœur, sans faillir, je plongerai ma dague.



Copyright Gérard Frugier / Jacques Goudeaux - 1999 / Dépôt légal SACEM 2002




RETOUR CHANSONS
RETOUR PRESENTATION VOL. A

RETOUR G. FRUGIER