Chanson légère.

 
Commandes





Ô poète de race,
Noble coeur, noble esprit,
Apprenez-moi, de grâce
Comment — je vous en prie ! —
Sans rougir de la face,
On se prend au sérieux,
On se prend au sérieux.

Guignez-moi le poète,
Le grand, le ténébreux,
Celui que rien n'arrête,
Génial et vaporeux,
Guignez-moi le poète,
L'éternel délaissé,
L'éternel délaissé !


Allez, si ça t'amuse
Au lieu de la bercer,
Gourmande un peu ta muse,
Car elle va se lasser
De cette grâce infuse :
Pose un peu tes lauriers,
Pose un peu tes lauriers !

Et redescends sur terre
Sans te faire prier ;
Là-haut, trop de mystères
Pour nous, les chiffonniers,
Pour nous, les éphémères
Ton langage est trop beau,
Ton langage est trop beau !


Apprends la révérence,
Effeuille tes lauriers…
Pour penser en cadence,
Rien ne sert de crier
Si fort sa suffisance
Se croire au firmament,
Se croire au firmament !

Que moi je me soumette
— À mon corps défendant —
Pour une chansonnette,
Pas question cependant
Que je me compromette :
Il reste l'essentiel,
Il reste l'essentiel…


Au sommet du Parnasse
Les Muses sont amies :
Alors, grand bien leur fasse !
Comble d'effronterie,
Moi, je me décarcasse
Pour quelques pissenlits,
Pour quelques pissenlits !



Jacques Goudeaux avril 1984 / Dépôt légal SACEM 1998



RETOUR CHANSONS
RETOUR PRESENTATION VOL. C
RETOUR POESIE