Complainte pour un pauvre bougre

Commandes



C’était un pauvre bougre
Mais pas malfaisant pour deux sous
S’il s’attira les foudres
Des bien-pensants des grippe-sous
C’est qu’au creux d’une étrange affaire
On le trouva tant à propos
Lui sans appuis sans savoir- faire
Qu’on lui fit porter le chapeau

Comme il était d’un autre
Pays n’était pas de chez nous
Pas un seul de nous autres
Ne voulut causer de remous
Aussi lorsque entre deux pandores
Il fut menottes aux poignets
Mené dans la méchante aurore
Pas un seul ne s’est indigné

C’est après bien des lunes
Que ne sachant pas où aller
Sans haine et sans rancune
Chez nous il revint s’installer
Bien que la proie de médisances
Bien que condamné et maudit
Il s’accrocha dans l’espérance
Aux murs galeux de son taudis

Pour autant que l’on sache
Quand d’aventure on l’employait
On lui laissait les tâches
Ingrates les plus mal payées
Aussi sous le ciel implacable
Fut-il sans le moindre denier
Bientôt méprisé misérable
Comme un gueux réduit à mendier

Était-ce un signe était-ce
La main du bon dieu le destin
Au sortir de la messe
Le tonnerre éclata soudain
Portant le fardeau de ses peines
Il s’en alla le dos courbé
Pour lui ce dut être une aubaine
Pour lui de retrouver la paix

Ci-gît un pauvre bougre
Sans l’ombre même d’une croix
Que dieu nous veuille absoudre
D’en avoir fait un hors-la-loi
Pourtant quand le hasard emporte
Nos pas près du mur délabré
Chacun se signant en lui porte
Le deuil caché de nos regrets

Pourtant quand le hasard emporte
Nos pas près du mur délabré
Chacun se signant en lui porte
Le deuil caché de nos regrets




Copyright Jacques Goudeaux - mars 1988 / Dépôt légal SACEM 1993



RETOUR CHANSONS
RETOUR PRESENTATION VOL.B